Loading...
Aude

Randonnée au Pic de Nore

Le Pic de Nore est le point culminant de la Montagne Noire, un massif peu connu. Et pourtant, il recèle des paysages magnifiques et constitue un excellent endroit de refuge au moment des chaleurs estivales. Ce coin perdu se situe en Occitanie à cheval sur 4 départements : l’Aude, le Tarn, la Haute-Garonne et l’Hérault. C’est un massif tout en douceur, aux courbes arrondies recouvertes de forêts. Son plus haut sommet pointe à 1211 mètres d’altitude. Suivez-moi pour le découvrir lors d’une bien jolie randonnée.

De Pradelles-Cabardès au Pic de Nore

Pradelles-Cabardès constitue le point de départ de la randonnée. C’est un tout petit village situé dans l’Aude, surnommé « la perle noire de la montagne du Cabardès ».
Avant de démarrer la randonnée, ne manquez pas d’aller jeter un œil à l’église. Elle possède un beau clocher roman qui était la tour de garde d’un château. Passez la porte et vous découvrirez le mécanisme pour faire sonner les cloches. L’intérieur, à l’inverse du bâtiment, est moderne avec des vitraux réalisés par un artiste toulousain, Henri Guérin.

Une première montée sous les arbres

La randonnée démarre au-dessus de l’église, en suivant le GR 36. Très vite, il longe un petit cours d’eau, le torrent du Rec du Cuin, que l’on franchit grâce à une passerelle qui effleure l’eau. À partir de là, le chemin monte, doucement au départ, protégé par un beau couvert d’arbres. Puis il devient caillouteux et le paysage s’ouvre, l’occasion de reprendre son souffle à mi-hauteur et de découvrir le village construit à flanc de montagne ainsi que le lac Biratos situé un peu plus bas. Déjà, la vue porte loin, sur les champs d’éoliennes  et sur la plaine qui s’étend après Mazamet. En ce mois de mai, le chemin est ponctué de pensées violettes (selon PlantNet, ce seraient des pensées de Bubani). Nous en verrons de plus en plus au fur et à mesure de notre progression, découvrant par endroit de gros bouquets mauves.

Le sentier traverse ensuite une forêt de hêtres, assez bas mais bien touffus. C’est vraiment très joli ! Nous apprécions leur ombrage, car le chemin monte sec. Nous atteignons le haut de cette première montée : d’ici, la vue est déjà remarquable. Il y a le Pic de Nore et sa tour rouge et blanche bien reconnaissable ; il y a aussi les Pyrénées au loin. C’est un coin idéal pour pique-niquer, avec des gros rochers pour se poser.

Le Pic de Nore, de neige et de glace

Après la pause, nous entamons la deuxième montée qui va nous mener au point culminant de la Montagne Noire. Le sentier est une longue ligne droite, entièrement à découvert. Il traverse un paysage de landes recouvertes de bruyères et de pensées, et à l’approche du sommet, de jonquilles. Ici, les forêts ont laissé place à une végétation rase. Il faut dire que les conditions climatiques sont rudes : le vent souffle souvent, et très fort. L’hiver, la neige ou le givre recouvrent régulièrement le sommet. D’ailleurs saviez-vous qu’autrefois, les habitants de Pradelles-Cabardès stockaient la neige dans des glacières pour en faire de la « glace-neige » vendue ensuite tout au long de l’année !

Un émetteur de télévision et radio a été installé au sommet. Rayé rouge et blanc, il ressemble à une grosse sucette !
De là-haut, la vue est à couper le souffle : au sud, les Pyrénées avec le Canigou et le Mont Valier, à l’est la Méditerranée, à l’ouest la plaine toulousaine. En observant bien, on devine Carcassonne. Par temps très clair, on peut même distinguer les remparts de la cité.

Retour par le Roc du Nouret

Le retour au village se fait par un sentier de Petite Randonnée. Tout en descente, il longe une forêt de sapins puis de hêtres. À plusieurs reprises, nous nous écartons du chemin pour découvrir quelques curiosités (indiquées sur la trace GPX de Visorando). Ainsi, il y a un menhir, planté bien droit. La carte indique aussi un point de vue après le menhir… mais qui ne vaut pas le coup. La vue est bouchée en partie par la végétation et après le point de vue depuis le Pic de Nore, ça ne présente pas un grand intérêt.

Nous continuons notre descente et ratons la bifurcation pour le Roc du Nouret. Demi-tour pour trouver un sentier étroit et non indiqué qui nous mène aux rochers (merci le GPS!). Le Roc du Nouret, ce sont plusieurs pierres plates qui émergent de la lande.

Le chemin qui nous ramène au village est désormais large (et caillouteux). Il nous réserve une dernière surprise. Juste après avoir dépassés une jolie croix en pierre, nous découvrons une glacière. Il s’agit d’une large construction en pierre, arrondie et à moitié enterrée, surmontée d’une arche. Un peu plus haut, je vous ai parlé du commerce de glace que faisaient autrefois les habitants de Pradelles-Cabardès. C’est ici, dans ces glacières, qu’ils stockaient la neige. Le remplissage s’effectuait au fur et à mesure des chutes de neige. Une fois pleines, elles étaient recouvertes d’une épaisse couche de feuilles de hêtres, réputées imputrescibles. La glace était ensuite vendue sous forme de pain de glaces tout l’été.

Le coin pratique 

  • Pradelles-Cabardès est situé au sud de Mazamet (et de sa passerelle – à faire pour ceux qui ont encore des fourmis dans les jambes après la rando 🙂 )
  • Description de la randonnée sur Visorando
  • Point de départ et d’arrivée : Pradelles -Cabardès (c’est une boucle)
  • Distance parcourue : une dizaine de kilomètres (10,07 annoncés sur Visorando, 13 effectués selon mon podomètre)
  • Le balisage est bien marqué, sauf au niveau du Roc de Nouret, où la bifurcation n’est pas indiquée et le chemin presque effacé.
  • Chemin ombragé en grande partie, mais déconseillé en été : la dernière montée jusqu’au sommet est en plein soleil
  • Après la rando : il y a un lac aménagé aux pieds du village, le lac Birotos (baignade surveillée l’été)
  • Pour découvrir ce magnifique massif qu’est la Montagne Noire, lisez mon article dédié

Cet article fait partie du rendez-vous mensuel #EnFranceAussi, créé par Sylvie du blog Le coin des Voyageurs. En ce mois de mai 2024, le thème choisi par Lucie du blog « The Tiny Points » est « Coin perdu qui vaut le détour ».

Épinglez-moi !

3 comments
  1. Lucie B.

    J’ai traversé une fois la montagne noire et ses forêts m’ont bien donné envie d’y retourner ! Cette randonnée me tente bien… Merci Renée !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.