Loading...
baladesGersOccitanie

En balade à Auch

L’image que j’avais d’Auch, c’était son imposante cathédrale perchée sur une colline. S’il est vrai qu’elle est magnifique, en visitant la ville, j’ai découvert bien d’autres trésors.

Venus à Auch en voiture, nous nous sommes garés au bord du Gers, en contrebas de la cathédrale. Une promenade piétonne bordée d’arbres longe la rivière. Mais, là tout de suite en arrivant, nous voulions aller voir de prés cette cathédrale. Et pour cela, un escalier monumental nous tendait les bras, escalier qui sépare la ville haute, la partie la plus ancienne, de la ville basse, plus récente.

375 marches

Et voilà, un autre trésor d’Auch, l’escalier monumental, un haut et large escalier en pierre entrecoupé de belles terrasses. Il a fallu trois ans pour le construire, de 1860 à 1863. Sur la première de ces terrasses se trouve la statue de Dartagnan. Car le capitaine des Mousquetaires, Charles de Batz, de son vrai nom, est né tout près d’ici, à Lupiac. Coiffé de son grand chapeau, il donne l’impression de nous attendre. Derrière lui, une jolie fontaine et sur le côté, un vignoble. Oui, vous avez bien lu, un petit vignoble et chaque année, on y fait les vendanges ! Une nouvelle volée de marches, et nous parvenons à une deuxième terrasse. Ici, surprise, le sol est presque entièrement recouvert d’un texte que nous avons du mal à déchiffrer, car il a été reproduit sans aucune ponctuation. Il s’agit d’un extrait de la Bible, et plus précisément du déluge inscrit en mémoire des inondations de 1977 qui meurtrirent la ville. Avant d’arriver tout en haut, il ne faut pas hésiter à se retourner pour découvrir le point de vue qui s’étend sur la vallée du Gers jusqu‘aux Pyrénées.

375 marches plus tard, nous voilà aux pieds de la tour d’Armagnac. Sa hauteur (40 mètres) et sa forme carrée assez étroite attirent l’oeil. Elle servait de prison et chaque étage constituait une cellule. Elle faisait partie autrefois du Palais de l’Officialité. Ce bâtiment abrite de nos jours le trésor de la cathédrale. Un grand nombre d’objets y sont exposés. Il ne faut pas hésiter à y entrer car il est possible d’accéder à trois des anciens cachots qui sont situés juste avant la billeterie.

La cathédrale Sainte Marie

La cathédrale jouxte la tour d’Armagnac. C’est le monument emblématique de la ville. Construite dans une pierre calcaire, sa blancheur resplendit au soleil. Il a fallu deux siècles pour achever sa construction, du 15ème au 17ème siècle, ce qui explique qu’elle présente des styles architecturaux relevant à la fois du gothique flamboyant et de la Renaissance. L’intérieur est à visiter pour ses magnifiques stalles en bois sculptés (il y en a 113), ses vitraux dont certains datent du 16ème siècle et son grand orgue.

La façade donne sur une vaste place, la place de la République, un peu trop minérale à mon goût mais qui permet de prendre du recul pour photographier la cathédrale. Et aussi de jeter un œil à une magnifique maison à pan de bois qui fait le coin de la rue Dessoles, la maison Fedel, une des plus anciennes de la ville.

Chez Henri IV

Pour déjeuner, nous avons fait le choix de pique-niquer à côté du centre Jérôme Cuzin : il y a un jardin aménagé avec un petit ruisseau et au centre une ancienne chapelle. Après cette petite pause, nous reprenons notre déambulation dans Auch et poussons la porte de la maison Henri IV située rue d’Espagne. C’est l’occasion de découvrir un très bel escalier en pierre au rez de chaussée et au 1er étage puis en bois. Il paraîtrait qu’Henri IV aurait séjourné ici avec le reine Margot et Catherine de Médicis en 1578.

Des ruelles pentues

Ou comment faire un peu de sport en visitant la ville. Du haut de la ville, cinq ruelles étroites et très pentues descendent jusqu’au niveau de Gers. Elles sont appelées des « pousterles », nom qui proviendrait de la déformation du mot « poterne ». Leur étroitesse garantissait la sécurité des habitants qui les empruntaient pour aller chercher de l’eau. Certaines sont bordées de maisons à colombages. Il y en a cinq à explorer ; toutes ont conservé leur escalier ou « gradins » sauf la Vieille Pousterle, qui est aussi la plus large.

En revenant vers la place Salinis, nous sommes passés devant ce qu’il reste des remparts de la ville, une porte fortifiée qui daterait du 14ème ou du 15ème siècle. Au-dessus de la porte, on peut encore bien voir ce qui fut le logis du portier, construit en pan de bois et en briques.

Le musée des Amériques

S’il y a un endroit que je recommanderais à Auch, c’est bien ce musée. Il recèle de véritables trésors (oui encore), des trésors d’Amérique centrale avec notamment la salle des plumes. On y découvre l’art de la plumasserie (il fallait que je case ce terme 🙂 ) Des centaines de plumes colorées sont nouées et cousues sur des vêtements ou des ponchos. Il y a aussi des vases très stylisés, des « vases portraits » car en forme de têtes représentants des personnages importants et beaucoup d’autres objets à découvrir car ce musée abrite la deuxième plus grande collection d’objets précolombiens de France après celle du quai Branly.

Mais ne vous fiez pas au nom du musée, car il contient bien plus que des objets d’Amérique. C’est aussi un endroit où l’on peut découvrir des objets et témoignages du riche passé historique de la ville et de la région, de l’Antiquité au Moyen-Âge, comme cette grande mosaïque du 4ème siècle qui ornait un patio. Il y a également la reconstitution de la vie gasconne au 19e siècle avec de vieilles armoires qui laissent voir leur contenu, une salle de repassage avec un objet très étonnant qui permet de chauffer les fers à repasser.
Des expositions temporaires sont également organisées. En juin 2021, il y avait tout un parcours autour de l’archéologie urbaine, des Ausques (habitants de l’époque gallo-romaine) aux Auscitains, (nom donné aujourd’hui aux habitants d’Auch) et qui présentait les résultats des fouilles réalisées dans la ville par les archéologues.

Il ne nous reste plus qu’à retourner au bord du Gers pour récupérer la voiture, l’occasion de découvrir dans une petite rue (la rue des Pénitents-bleus), une tour romaine , appelée Tour César ou encore Tour des Pénitents Bleus. C’est le plus vieil édifice de la ville que l’on peut encore voir.

Escapade à Montaut les créneaux

Il serait dommage de quitter Auch sans aller faire un petit tour à Montaut-les-Créneaux à 10 km au nord. C’est la jolie surprise de notre journée de balade, un petit village perché en haut d’une colline. C’est un village fortifié du 12ème siècle, un castelnau. D’ailleurs, la première chose que l’on découvre en arrivant, c’est une tour porte.
Le village se visite à pied, il faut laisser la voiture à l’extérieur. Une ruelle le traverse de part en part, une magnifique ruelle, bordée de belles maisons à colombages. Une ruelle qui passe sous la halle centrale, une halle en bois étonnante car coincée entre les maisons. Ce qui m’a plu aussi ici, ce sont les petits jardins publics qui embaument la rose, comme celui qui jouxte l’église. Montaut les Créneaux est une bien jolie pépite du Gers !

Le coin pratique

2 comments
  1. Sabine DARRIEUTORT

    Mille merci pour le partage écrit et en image de vos découvertes d’Auch et Montaut-les-Créneaux, au plaisir de vous accueillir de nouveau et de vous guider vers d’autres jolies surprises ☺️
    Sabine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.