Loading...
AudebaladesHaute-GaronneOccitanie

Le Lauragais de A à Z

Il est un pays à l’est de Toulouse, le Lauragais, où je prends plaisir à me promener. Pour cette fois, je vous emmène dans une déambulation un peu particulière, une déambulation au fil de l’alphabet… Réussirais-je à illustrer toutes les lettres ? Suivez-moi pour le savoir !

A comme Autan, un vent qui rend fou parait-il, avec des pointes à 100Km/h qui couche tout sur son passage. Il peut souffler plusieurs jours d’affilée avant de s’arrêter brusquement. Un vent qui fait partie de l’identité du Lauragais.

B comme Bastides, ces villages construits au 13ᵉ siècle sur un espace totalement vierge et dont l’objectif était de redynamiser la région alors très marquée par les croisades contre les cathares. Les bastides ont pour particularité d’avoir un plan damier et une place centrale où se tenait le marché. Les habitants devaient respecter des mesures de fonctionnement assez strictes, mais ils avaient accès à des avantages économiques, comme la possibilité d’acquérir des terres à bas coût voire gratuitement. Montgeard en est un bel exemple.

C comme Cathare, une histoire intimement mêlée au Lauragais. De nombreux villages ont comporté des Maisons cathares. A l’époque, les cathares étaient plutôt bien acceptés par ici contrairement au reste de la France. Ainsi, c’est à Saint Félix Lauragais que s’est tenu le concile cathare de 1167. Il paraîtrait – oui paraîtrait, car il ne reste aucune trace de ce concile – que le pape des hérétiques, Niquinta (ou Nicétas), évêque de Constantinople, organisa en ces lieux un grand rassemblement afin d’instaurer des patriarches cathares.

D comme Discoïdale telles ces stèles discoïdales que l’on trouve du côté de Montferrand par exemple, des stèles en gré formées d’un pied surmonté d’un disque orné d’une croix sur les deux faces. La plupart ont été trouvées dans des cimetières, mais il semble que certaines aient aussi servi comme bornes afin de délimiter un territoire. A Montferrand, 17 stèles discoïdales provenant du cimetière voisin sont exposées à côté de l’église St Pierre d’Alzonne.

E comme écluses, celles qui ponctuent le canal du Midi. Elles sont simple, double, triple, bordées de petites maisons éclusières aux volets verts. Certaines de ces maisons ont été transformées en restaurants, troquets, boutiques éphémères ou chambres d’hôtes où il fait bon s’arrêter aux beaux jours.

F comme Fanjeaux, C’est ici que Saint Dominique – à l’origine Dominique de Guzman – s’était installé pour combattre le catharisme. Il organisa plusieurs « disputes », des joutes orales où catholiques et cathares tentent de faire valoir leurs points de vue. L’une de ces disputes aurait même laissé des traces visibles dans le couvent des frères prêcheurs situé au centre du village : aucune des parties ne parvenant à prendre le dessus, il fut décidé de jeter au feu une Bible et de voir ce qu’il se passait. Au contact des flammes, le livre fut projeté au plafond et laissa des traces de brûlures sur les poutres.

G comme Gras Capou, un chapon que l’on croise à Saint Julia… le Gras Capou. C’est un nom qui fait écho à une légende. Alors que le village était assiégé, l’ennemi pensait avoir réussi à affamer ses habitants. Mais qu’elle ne fut pas leur surprise, lorsque, après plusieurs jours de sièges, ils découvrirent les villageois brandissant des « gras capous ». D’ailleurs, il y a sous les maisons des silos destinés à stocker la nourriture. Pendant les invasions et les guerres, ces silos furent reliés entre eux pour former de véritables galeries.

H comme Haute-Garonne comme l’un des quatre départements sur lequel le Lauragais s’étend. Les autres départements sont l’Aude, l’Ariège et dans une moindre mesure le Tarn.

I comme Issel dont la cassole fit sa renommée à partir du 14ème siècle. Il s’agit d’un un récipient en terre argileuse de forme tronconique, vernissé à l’intérieur… et dans lequel on faisait cuire le « Fevolat » qui pris ensuite le nom du récipient dans lequel il était confectionné pour devenir « cassoulet ». S’il n’y a plus de potiers à Issel, on y trouve encore une rue « des Potiers » et dans les alentours, les traces des carrières rouges sont encore visibles.

J comme Juzes, un petit village situé en Haute-Garonne, et comme beaucoup en Lauragais, perché sur une colline. On y trouve un château du 14ème siècle classé monument historique et une église avec un clocher-mur.

k comme … ? désolée, là j’ai séché ! Si vous avez une idée, mettez là en commentaire 🙂 …

L comme Laurac, un village qui a donné son nom au Pays Lauragais. Ce village fut un haut lieu du catharisme. C’est ici que vécut Blanche de Laurac, qui, à la mort de son mari se convertit au catharisme et transforma sa maison en lieu d’accueil des « parfaites », c’est-à-dire des femmes adeptes de la religion cathare. Ses enfants connurent un destin tragique, notamment l’un de ses fils qui fut exécuté par Simon de Montfort ; l’une de ses filles, Guiraude, fut, quant à elle, jetée dans un puits pour avoir refusé de livrer les cathares. Cette dernière est représentée par un buste sculpté au centre du village.

M comme Mémorial cathare, un monument érigé à Les Cassès dans l’Aude, au sommet d’une colline qui domine la plaine Lauragaise. A cet endroit, 60 cathares, « Bons Hommes » et « Bonnes Femmes » furent brûlés vifs dans un bûcher sur ordre de Simon de Montfort pour avoir refusé de se convertir au catholicisme.

N comme Negra, la forêt noire, probablement épaisse et sombre, qui recouvrait alors le territoire jusqu’en 1800 de Montaudran à Naurouze. Car autrefois, le pays Lauragais était très boisé mais a largement été défriché à la faveur des « labours du roi » entrepris sous Louis XI, de la création des bastides puis de la canalisation de l’Hers. Aujourd’hui, une écluse porte le nom de Negra.

O comme Obélisque, celle de Riquet qui eut l’idée de construire le canal du Midi ; une obélisque, clin d’œil aux travaux pharaoniques de construction du canal du Midi. C’est au Seuil de Naurouze que se dresse ce monument de 20 mètres de haut édifié entre 1825 et 1827 en l’honneur de Riquet. Ici se trouve le point le plus élevé du canal du Midi, un seuil géographique situé à la frontière du département de la Haute-Garonne et du département de l’Aude sur la ligne de partage des eaux entre l’océan Atlantique et la mer Méditerranée.

P comme Pastel qui fit du Lauragais le Pays de Cocagne. Le pastel est d’ailleurs surnommé «l’herbe du Lauragais». Les feuilles une fois pressées sont agglomérées en boule pour former des cocagnes. Elles fournissent un bleu pâle reconnaissable entre tous. Au 16ème siècle, sa culture fit la richesse du pays Lauragais, dont la production s’exportait dans toute l’Europe. Nombre de châteaux, d’hôtels particuliers, d’églises ou de pigeonniers ont été érigés à cette époque.

Q comme Quartz , tels ces cailloux de que l’on trouve du côté de Mas-Saintes-Puelles. Appelés Dreikanter, ils ont été façonnés par l’érosion éolienne et présentent une forme pyramidale à 3 côtés, (« drei » en allemand signifie « trois »). Ils sont le résultat de violentes tempêtes qui soufflaient au quaternaire.

R comme Rigoles, ce sont elles qui alimentent le Canal du Midi en eau. Il y a celle de la Montagne Noire qui démarre à la prise d’eau d’Alzeau et se jette dans le réservoir de Saint-Férréol, et celle de la plaine qui débute à Sorrèze, plus précisément au lieu-dit « Pont-Crouzet » et se jette dans le canal à la hauteur du seuil de Naurouze.

S comme Sillon Lauragais, un Sillon qui va de l’agglomération toulousaine au Seuil de Naurouze. Au-delà, il s’évase pour s’ouvrir sur un territoire plus large. Un sillon qui se faufile entre les collines et qui constitue un trait d’union entre le bassin atlantique et le bassin méditerranéen. En son milieu coule le Canal du Midi.

T comme Thoumazes : à cet endroit se trouve une écluse un peu particulière : l’écluse du Laudot. Particulière par sa situation, car ici se croisent le Laudot, une rivière qui descend de la Montagne Noire, et la rigole d’alimentation du canal du Midi. Particulière par sa conception, car elle comporte une écluse, un déversoir et enfin trois épanchoirs qui permettent d’ajuster les besoins en eau du canal du Midi et d’évacuer l’excédent dans le Laudot. Un ouvrage vraiment étonnant qui date de 1761.

U comme Unesco : le canal du Midi, réalisé entre 1667 et 1694, est en effet classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1996. Il a été construit dans un grand souci esthétique tant sur le plan architectural que sur celui des paysages, ce qui en fait un ouvrage exceptionnel. C’est un élément marquant du Pays Lauragais.

V comme Valloné, les trois-quart du Lauragais sont couverts de collines de 200 à 400 mètres d’altitude ponctuées de villages reconnaissables aux clochers de leurs églises.

W comme Edouard de Woodstock, le Prince Noir, fils aîné du roi d’Angleterre. Personnage mythique de la Guerre de 100 ans, il se lance à la reconquête de la Gascogne en 1355, alors âgé de 25 ans. Pillages, incendies, viols marqueront sa traversée du Lauragais. De nombreuses églises furent détruites à cette époque et remplacées plus tard par des églises gothiques.

X comme Xème siècle, époque à laquelle le château de Saint Félix Lauragais fut construit. Édifié sur le point le plus haut du village, il bénéficiait d’une vue à 360°. Mais ce château fut détruit par Simon de Montfort lors de la Croisade des Albigeois. Seule la Tour Ronde subsiste. Un autre château a été construit au 14ème siècle sur le même emplacement. Depuis le jardin, la vue est magnifique : vers le sud se profilent les Pyrénées avec le Cajire et les Monts d’Olme, le Bugarach qui ressemble à un gros rocher ; vers l’est, la Montagne Noire et le bassin de Saint Férréol, ce bassin qui sert à alimenter le canal du Midi.

Y comme Y aller, pour la variété des paysages, pour se baigner dans les lacs, pour randonner de collines en collines, pour longer le canal du Midi ou ses rigoles à vélo, pour découvrir de beaux points de vue sur les Pyrénées et la Montagne Noire, pour toucher du doigt un pan d’histoire intrigant, l’épopée cathare…

Z comme les zigzags des petites routes que traversent le Lauragais, des routes souvent étroites, peu fréquentées où il ne faut pas hésiter à se perdre et découvrir au détour d’un virage de jolies pépites : petites églises, moulins ou points de vue époustouflants.

Des idées de lecture sur le Lauragais :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.