Loading...
AudeOccitanie

Les quatre châteaux de Lastours

Ce n’est pas un, ni deux, ni trois, mais quatre châteaux que je vous invite à découvrir qui répondent aux jolis noms de Cabaret, Tour Régine, Surdespine et Quertinheux. Vous me suivez ? Prenez des chaussures de marche, un bon chapeau et une gourde, … car vous allez avoir très chaud !

Cet article participe au rendez-vous mensuel #EnFranceAussi, créé par Sylvie, du blog Le Coin des Voyageurs. Pour ce mois d’août, c’est le thème des «châteaux» que Sabrina du blog Que le voyage commence a retenu.

Quatre sentinelles sur un éperon

A 18 km de Carcassonne dans le département de l’Aude, en plein pays cathare, il est un village qui possède quatre châteaux médiévaux, le village de Lastours. Situé dans une étroite vallée où coule l’Orbiel, il est surplombé par quatre bâtisses en pierre construites sur un éperon rocheux. Des constructions qui font partie des 8 châteaux du Pays Cathare pour lesquels une candidature pour une reconnaissance mondiale au patrimoine de l’UNESCO est en cours : la cité de Carcassonne et les sept sentinelles, de Lastours, Thermes, Aguilar, Peyrepertuse, Quéribus, Puilaurens et Montségur .

Une histoire marquée par le catharisme

Les châteaux existent au moins depuis le 11ème siècle. Le nom de Cabaret apparaît même en 585. Les seigneurs de Cabaret à qui ce site appartenait se sont enrichis notamment grâce à l’exploitation du minerai de fer. C’est ainsi que des villages fortifiés se sont développés tout autour des châteaux au 12ème siècle. Au même moment, la religion cathare s’est répandue dans la région et les châteaux de Lastours devinrent un haut-lieu du catharisme soutenu par les seigneurs de Cabaret. Simon de Montfort tentera sans succès d’assiéger le village durant la Croisade contre les Albigeois. Après avoir résisté deux années, le site est finalement détruit en grande partie et les habitants chassés. Saint-Louis, alors Roi de France, ordonna ensuite la reconstruction des quatre citadelles et y ajouta sa marque, la tour Régine, tour de la Reine comme symbole de son autorité.

Point de vue sur les châteaux

Pour commencer notre découverte, je vous propose de vous rendre au Belvédère « Le banc des anglais » situé à deux kilomètres du village de Lastours, accessible en voiture ou à pied pour les plus courageux depuis le village de Lastours. De là-haut, la vue permet d’embrasser d’un seul coup d’œil les quatre châteaux. On les découvre alors alignés à quelques mètres les uns des autres, une disposition étonnante.

Une rando… sous le soleil

Mais, pour moi, le meilleur moyen de découvrir ces châteaux est d’aller sur place. Pour cela, nous nous rendons dans le village de Lastours, un petit village médiéval situé en fond de vallée. Les maisons s’étagent à flanc de montagne et surplombent la rivière l’Orbiel. Laissez la voiture sur le parking situé en bas du village et levez les yeux. Vous apercevrez alors deux des quatre châteaux que cette randonnée va nous faire découvrir.

En premier lieu, il faut traverser le village en longeant la rivière. Au bout de la route subsistent les traces d’un passé industriel, une ancienne usine textile, avec notamment une grande cheminée en briques. C’est ici que démarre notre balade. Un bâtiment d’accueil est installé à cet endroit. On peut y découvrir les objets retrouvés sur le site des différents châteaux ainsi que des photographies présentant la faune et la flore locale.

La randonnée à proprement parler démarre à l’arrière du bâtiment par un chemin plutôt raide et très exposé au soleil. Le sentier suit en effet la pente abrupte de l’éperon rocheux sur lequel les châteaux sont construits, une pente qui descend jusqu’au Grésilhou, la rivière qui coule en contrebas. L’effort est très vite récompensé. Nous parvenons aux premières ruines, non pas celles d’un château, mais celles d’une église dont il ne reste que peu de choses, mais la pause est la bienvenue.

Le chemin serpente ensuite à flanc de montagne, réservant de belles surprises : jolis points de vue et même passage sous les rochers. Ainsi, quelques mètres plus loin, nous traversons le «Trou de la Cité ». Selon la légende, un souterrain aurait relié la cité de Carcassonne aux châteaux, ce qui auraient permis aux cathares de s’échapper. Des galeries souterraines avaient été aménagées et ont été utilisées comme lieux de stockage, de refuges et même de prison. C’est ici, à l’entrée de la grotte qu’aurait été retrouvée la sépulture d’une fillette baptisée « la princesse au collier » : elle portait sur elle des bijoux de style oriental faits de perles d’ambre, provenant probablement des échanges commerciaux. Sa sépulture remonterait à 1500 ans avant J.-C. Il existerait une quarantaine de grottes et de cavités sur le site de Lastours.

En sortant de la grotte, le chemin vire sec dévoilant deux des trois châteaux, posés à quelques mètres l’un de l’autre, chacun sur un éperon rocheux. Ils ont conservé leur tour. Par contre, ce que je trouve bizarre, ce sont les cyprès qui ponctuent le paysage et dénotent un peu au milieu de la végétation méditerranéenne. J’ai appris après coup qu’ils avaient été plantés ici dans les années 30 pour lutter contre l’érosion.

Le premier château que nous découvrons est « Quertinheux », construit au 11ème siècle. On peut circuler dans ses ruines, de hautes murailles et des restes d’escaliers. Il possède encore sa tour qui date du 13ème siècle. Il n’est pas aligné avec les trois autres, mais situé un peu en amont, comme un poste avancé.

Puis le chemin nous mène à la Tour Régine, tour car c’est le plus petit édifice du site constitué… d’une tour ronde uniquement. D’ici, il y a une jolie vue sur le château de Cabaret et on prend conscience à quel point ces châteaux sont construits sur une crête bordée en contrebas par deux rivières, le Grésilhou et l’Orbiel. De chaque côté des murailles, la pente est raide et rocheuse.

La Tour Régine au premier plan, Surdespine à l’arrière et Quertinheux en contrebas

Le château de Cabaret constitue la troisième étape. C’est le plus étendu. Il possède deux tours ; nous avons pu monter dans l’une d’elle. Il doit son nom aux seigneurs à qui il appartenait.

Le chemin descend ensuite légèrement et passe au milieu des traces du village de Cabaret : on peut encore voir le four à chaux et la forge ; il reste aussi les premières pierres de quelques maisons. Peu après la forge, le sentier passe de l’autre côté de l’éperon rocheux, un endroit plus ombragé. Depuis une passerelle, la vue porte sur la vallée de l’Orbiel. Une grotte borde le chemin puis une dernière montée nous attend pour rejoindre le dernier des quatre châteaux, celui de Surdespine. Il se distingue des autres par sa tour carrée.

Le coin pratique

  • Pour faire cette randonnée, il est indispensable d’éviter les moments de fortes chaleurs. Le chemin n’est pas ombragé, et à flanc de montagne. Autant dire qu’en été, il y fait particulièrement chaud, gourdes et chapeaux sont indispensables.
  • Informations sur le site
  • accès au site et au belvédère : 8€ (en 2022), 3€ si on choisit de se rendre uniquement au Belvédère

Epinglez-moi !

11 comments
  1. Estelle

    Je me rappelle, tu nous as fait les trois châteaux de Ribeauvillé en Alsace et maintenant les quatre châteaux cathares de Lastours en une randonnée. J’adore, le type de randonnée que tu rentabilises au max et qui vaut vraiment le coup.
    J’aimerais beaucoup découvrir des châteaux cathares un jour. Ca à l’air sympa à faire avec son chien 😉

    1. Renée

      Tu es perspicace ?, et oui, j’aime bien les randonnées où il y a plein de surprises à decouvrir. Quant aux châteaux cathares, j’avoue avoir un faible pour eux, tant pour leur localisation ue pour l’histoire très prenante de ces cathares.

  2. Renée

    Les châteaux cathares sont effectivement tous impressionnants, mais d’en voir quatre comme ça, côte à côte, c’est presque déroutant.

    1. Renée

      Merci Anne. Effectivement, on peut encore découvrir de beaux restes de leur architecture, et pas seulement les tours. Et les voir si proches les uns des autres est, je pense, quelque chose d’assez unique.

  3. Sabrina

    Alors là ! Respect ! Quatre châteaux en un article, un site de toute beauté et de très belles histoires. Merci Renée. Ton article est passionnant.

  4. Sophie

    Ce fut l’une de mes plus belles découvertes dans ce coin de l’Occitanie, et quelle belle vue nous avons depuis le belvédère!! J’avoue que je ne suis pas allée au bout de la rando pour atteindre les châteaux, il faisait bien trop chaud, j’ai abandonné.
    Nous y avions rencontré le maire de Lastours, car mon compagnon survolait les châteaux en drone (ce qui n’était pas autorisé…. ). Du coup, un habitant avait appelé le maire qui est venu nous voir; Nous lui avons expliqué que ce qui était filmé paraitrait sur mon blog voyage. Il a été extrêmement sympathique et nous a autorisés à continuer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.