Loading...
AllemagnebaladesEuropeVoyages

Potsdam, entre lacs et rivière

Potsdam est connue pour ses châteaux prussiens extravagants. Pourtant, il y a bien d’autres lieux à découvrir. Vue d’avion, la ville ressemble à une île posée au milieu d’un océan de verdure, entourée de lacs et bordée par la rivière Havel.

Pour cette balade, nous quittons Berlin en train et récupérons, moins d’une heure plus tard, des vélos chez Pedales, directement à la sortie de la gare. Nous voilà équipés de magnifiques vélos verts qui freinent lorsqu’on pédale à l’envers. Le vélo est très pratique pour découvrir Potsdam et ses grands parcs. Le plus connu est le parc de Sans Souci dont je vous parle dans un autre article. Ici, je vous propose de découvrir des endroits moins emblématiques mais qu’il serait dommage de ne pas visiter.

Premier contact avec la ville

Depuis la gare, nous traversons la rivière et arrivons très vite devant le Landtag Brandeburg qui abrite le parlement régional. Car Potsdam est la capitale du Brandebourg. Si le bâtiment est de construction récente, il reproduit en fait un bâtiment beaucoup plus ancien, le palais de la ville. Certaines pierres et sculptures ont même été réutilisées.

Juste en face, de l’autre côté de l’Alter Markt (ancienne place du marché) se dresse une église imposante, la Nikolaïkirche.

Nous enfilons ensuite les rues, désertes en ce 1er mai. C’est ainsi que nous croisons la Mittelstrasse et ses maisons à pignons en briques rouges. Comme une impression de se retrouver aux Pays-Bas. Et pour cause. Frédéric Guillaume Ier avait besoin d’ouvriers pour mener à bien les travaux d’assainissement des marécages ; il eut donc l’idée de faire construire des maisons hollandaises pour attirer les artisans réputés pour ce genre de travaux. Ainsi, 134 maisons furent construites entre 1734 et 1742 et disposées en quatre carrés. C’est le plus grand ensemble architectural fermé néerlandais en dehors des Pays-Bas.

Un peu plus loin se dresse devant nous une porte massive, construite dans un style étrange : la Nauer Tor est constituée des tours rondes et lisses, une masse imposante ; elle me ferait presque penser à un jouet d’enfant, mais grandeur nature !

Le Neuer Garten, l’autre parc

Continuons vers le nord de la ville. Ici se trouve le Neuer Garten. Bordé par le Heiliger See, un grand lac, il donne parfois l’impression d’être en plein nature. C’est un immense parc de 102 hectares créé par Frédéric Guillaume dans un style à l’opposé du parc de Sans Souci. À Sans Souci, le faste et le baroque ; au Neuer Garten, la vie proche de la nature. Ici, des vaches produisaient le lait qui était transformé en beurre et en fromage. Les maisons existantes alors ont été incluses dans le parc. On peut encore les voir aujourd’hui. Elles sont désignées par la couleur de leur façade : il y a la blanche, la brune, la rouge et la verte.
Parmi ces maisons, la Grünes Haus (la maison verte) a une histoire bien particulière. Un laboratoire produisant « l’air de vie » dans des fours spéciaux à partir de grès bruns et de salpêtre y fut installé au XVIIIème siècle. Cet air était ensuite acheminé par un tuyau au palais de marbre pour soigner le roi Frédéric Guillaume II.

Mais le parc recèle aussi des constructions très éclectiques et nous réserve bien des surprises. Le palais de marbre est le premier bâtiment que nous croisons. Il a été construit sur un terrasse, lui permettant ainsi d’avoir une très belle vue sur le Heiliger See et la Havel. Il était d’ailleurs possible de relier le château de Charlottenburg situé à Berlin en bateau. Ce palais doit son nom au marbre de Silène, matériau utilisé pour ses éléments décoratifs. Ici, Frédéric Guillaume II a voulu se démarquer du parc de Sans Souci en choisissant de construire le palais dans un style néoclassique précoce, bien différent du style rococo du Neues Palais. C’est un coin très agréable.

Encore sous le charme du Palais de Marbre, imaginez que se dresse un peu plus loin sur votre route un cottage anglais… immense, tout en briques et bois. Nous voilà devant Cecilienhof, le bâtiment le plus récent du parc, construit durant la première guerre mondiale. C’est un lieu qui attire beaucoup de monde car c’est ici que se tint la conférence de Potsdam et que furent signés les accords éponymes en 1945 entre Staline, Truman et Churchill. C’est un endroit qui surprend, à se demander dans quel pays on se trouve.

Des bords de la Havel au Tiefer See

Depuis Cecilienhof, nous avons regagné les bords de la Havel. A cet endroit, la rivière est très large. Sur la rive opposée, la forêt a presque les pieds dans l’eau ; des convois de péniche se succèdent. C’est une atmosphère très particulière, alors que nous sommes aux portes de Potsdam et à moins de 30km de Berlin. Un peu plus loin en allant vers le nord se trouve un ancien poste frontière de la République Démocratique d’Allemagne (RDA). Ici sont exposés des panneaux d’interprétation de cette période très particulière

En revenant vers Potsdam tout en longeant les bords de la Havel, nous atteignons un autre point frontalier très symbolique, le Glienicker Brücke. Il s’agit d’un pont qui enjambe la Havel et qui, il n’y a pas encore si longtemps, séparait le secteur américain de Berlin Ouest du secteur soviétique (RDA, République Démocratique d’Allemagne). C’est à cet endroit que les deux grandes puissances d’après guerre s’échangeaient leurs espions, et ce jusqu’en 1986 ! Véritable symbole de la « guerre froide », il fut rouvert à la circulation le lendemain de la chute du mur de Berlin, le 10 novembre 1989. Aujourd’hui, au-delà du contexte historique, c’est un beau point de vue sur le parc de Babelsberg au bord de la Havel jusqu’au centre de Potsdam.

Juste après le pont, une piste cyclable descend au bord de la rivière et permet de la longer jusqu’au centre de Potsdam. Après avoir franchi un second pont, on entre dans le parc de Babelsberg. Les bords sont assez sauvages, plantés de haute herbes. Mais ici encore, c’est une étonnante construction qui attire le regard, la Dampfmaschinenhaus, « maison des machines à vapeur ». Étonnante car elle ressemble à une mosquée turque. Elle a été construite par le roi Frédéric Guillaume IV pour faire fonctionner la grande fontaine située en contrebas du château de Sans Souci. Construite en 1841 dans un style mauresque, elle accueillait la machine à vapeur la plus puissante de Prusse. La cheminée est cachée dans le minaret.
Lorsqu’il fit construire Sans Souci, Frédéric Guillaume IV voulait montrer sa suprématie. Cette machine y participe : elle servait à pomper de l’eau dans la Havel grâce à un moteur de 81,4 CV et une conduite de 1,8 Km de long. Elle alimentait ensuite la fontaine située en contrebas du palais de Sans Souci dont le jet d’eau, d’une hauteur de 38 mètres, faisait alors sensation.

Puis, c’est encore un nouveau château que nous découvrons, celui de Babelsberg. Ce dernier a des airs de manoirs anglais avec ses nombreuses tourelles, ses créneaux et ses meurtrières dignes des châteaux-forts du Moyen Âge. C’est Guillaume Ier cette fois-ci qui en est l’initiateur. De là, des chemins mènent à la Flatowturm, une tour qui ressemble à un donjon et qui offre un beau panorama sur la Havel.

Pour clore cette promenade, il ne nous reste plus qu’à rejoindre la gare en longeant la rivière. J’ai beaucoup aimé ces endroits de Potsdam : être si proche du centre de la ville, et se sentir finalement si éloigné au milieu de cette nature. De nombreuses péniches empruntent la Havel donnant une touche colorée aux paysages. C’est une très agréable balade, facile à faire à vélo, la plupart du temps sur des chemins dédiés aux vélos et aux piétons.

le coin pratique :

  • Prévoir une journée pour réaliser l’ensemble de ce circuit, mais il faudra ajouter un peu plus de temps si vous souhaitez visiter les différents châteaux du parc de Sans Souci
  • Pour compléter cette découverte, je vous invite à lire mon article sur le parc de Sans Souci
  • Compter environ 30 minutes en train direct de Berlin Hauptbahnhof à Potsdam Hauptbahnhof : ligne S-Bahn 7 (S7),
  • Nous avons loué des vélos chez Pedales : «Fahrradverleih» « https://potsdam-per-pedales.de/adresse : le magasin se situe juste à la sortie de la gare
  • une pause gourmande : nous avons dégusté de très bons (et typiques) (et gros) gâteaux au Café am Holländischen Viertel https://www.cafe-graefehaus.de/ avec en prime un accueil très sympathique
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.