Loading...
baladesGersHaute-GaronneOccitanie

De Gascogne en Lomagne

Une balade remplie de surprises à la découverte d’un drôle de château à rayures, d’un village où on tourne en rond et d’un beffroi à ouverture en poivrière

Laréole et son château bicolore

La balade commence en Haute-Garonne à 45 km de Toulouse, direction le château de Laréole. Ce château est bien connu par ici. Il faut dire que ses rayures et ses tours carrées à chaque angle lui donnent une allure bien particulière. Il fut érigé au 16ᵉ siècle sur les ordres de Pierre de Cheverny, héritier d’un riche marchand pastelier, pour s’en servir de villégiature.
Une belle allée de tilleuls mène du village au château. De l’extérieur, le château présente un aspect militaire avec ses douves, son pont-levis et son système défensif. Ses murs sont ponctués d’ouvertures rondes qui font office de bouches à feu et de canonnières.

Mais une fois entré dans la cour d’honneur, il offre une toute autre image, plutôt romantique, avec ses fenêtres à meneaux et sa galerie couverte (une coursière) formée d’arcades en briques et pierres. Un bel escalier permet d’accéder dans le bâtiment. On découvre alors au fil de la visite plein de jolis détails comme sa cheminée massive, elle aussi à rayures, des serrures travaillées, des plaques de cheminée sculptées… Les galeries intérieures sont particulièrement belles, décorées de corniches et de moulures en plâtre (des gypseries).

Le château est entouré d’un grand parc, en partie arboré où il fait bon se poser pour pique-niquer. De nombreux arbres fruitiers ont aussi été plantés.
Dans le château et dans le bâtiment en face sont organisées des expositions. Il y a la présentation des peintures de Lucien Vieillard qui a fait don de ses œuvres au conseil départemental. Empreintes de légèreté et de naïveté, elles font désormais partie des collections permanentes de Laréole. C’est l’occasion de découvrir des représentations de la région et d’ailleurs.
Lorsque nous y sommes allés, il y avait également une présentation des photographies et de l’histoire touchante de Camille Lepage, photojournaliste qui perdit la vie lors d’une embuscade en Centrafique. Des photos magnifiques, dérangeantes, un superbe témoignage et une histoire qui ne laisse pas indifférent.
Pour clore la visite, pourquoi ne pas se laisser tenter par le salon de thé ? En cette journée estivale, difficile de résister à une citronnade bien fraîche dégustée sous le platane centenaire tandis que les yeux se posent au loin sur les Pyrénées.

Le village de Brignemont, à ne pas rater

Nous voulions visiter le moulin de Brignemont. Mais voilà que celui-ci est fermé… encore un méchant coup de la covid ! Nous nous contenterons donc de l’apercevoir depuis la route. Alors que nous reprenons nos pérégrinations, le village de Brignemont nous fait un appel du pied. Qu’à cela ne tienne, nous nous garons et parcourons ce joli petit village. Tout en longueur, il s’étire au sommet d’un coteau : un bistrot de pays, des maisons à colombages, quelques jolies portes d’entrée et au bout du village, une magnifique croix récemment restaurée et l’église d’où il y a un large point de vue sur la Lomagne gersoise et jusqu’aux Pyrénées. Il aurait été dommage de ne pas s’arrêter !

Sans nous en rendre compte nous passons de la Haute-Garonne au Gers. J’en viens à regretter ces bornes en béton qui autrefois marquaient les limites des départements. La route qui relie Brignemont à  Sarrant, la D89, est très étroite… Alors que nous sommes en pleine période de moisson, arriva ce qui devait arriver, le croisement avec un tracteur. Heureusement, nous pouvons  nous garer sur le côté. Ce sera finalement une bien sympathique occasion de discuter avec l’agriculteur.

Le village rond de Sarrant

Première étape gersoise, Sarrant, un très ancien village dont la fondation remonte à l’époque gallo-romaine. Il faisait alors office de relais étape sur la route commerciale Toulouse – Lectoure. L’accès au cœur du village se fait par un pont en pierre (qui a remplacé en 1813 le pont levis) et par une tour-porte du 14ᵉ siècle, témoin des anciennes fortifications. C’est alors que la particularité de ce village se dévoile : c’est un village circulaire. Ainsi, les maisons, accolées les unes aux autres, font la ronde autour de l’église ; ce sont des maisons faites de torchis, de pierres et à colombages. Des roses trémières poussent dans la rue. Des rues d’ailleurs, il n’y en a que trois avec celle, circulaire qui reprend le tracé des fossés. Certaines façades sont décorées de dessins. Depuis 2017, Sarrant est le « village de l’illustration », accueillant à ce titre des artistes et des artisans, comme cette librairie tartinerie, installée juste à côté de l’église, pour ne pas avoir à choisir entre lire et déguster.

À l’extérieur du village, en face de la tour-porte, il y a une jolie croix qui date du 17ᵉ siècle mais dont le soubassement date de l’époque romaine. Et juste à côté de cette croix, il serait dommage de ne pas jeter un œil à la chapelle Notre Dame de la Pitié. Elle est utilisée comme espace d’exposition.

Cologne et son beffroi à ouverture en poivrière

A dix minutes de Sarrant se trouve Cologne, bastide fondée en 1284. Et si le nom n’est pas sans rappeler celui d’une grande ville européenne, c’est parce qu’il a été choisi à escient pour marquer sa vocation commerciale. D’ailleurs, on peut encore voir une mesure à grain en pierre datant du 15e siècle et qui correspondrait à un demi sac de blé. Mais le bâtiment emblématique de Cologne, c’est sa halle en bois surmontée d’un beffroi à ouverture en poivrière. Je ne résiste pas à partager cette appellation architecturale, tellement poétique qui désigne toute construction surmontée d’un toit en forme de cône. La place de la halle est entourée de couverts et de maisons à colombages des 15ᵉ et 16ᵉ siècles. Tout autour, la ville est organisée en neuf îlots carrés séparés par des rues qui se coupent à angles droits, plan caractéristique des bastides royales.

Le coin pratique

Château de Laréole :

Sarrant :

Cologne

2 comments
  1. lionel

    Très bel article ! On a adoré ke château de Laréole et le Moulin de Brignemont ! Il nous reste encore plein de découvertes dans ce coin 😉

    1. cahiernomade_admin

      Merci beaucoup. C’est un territoire qui possède un bien joli patrimoine effectivement. J’ai aussi encore plein d’endroits à découvrir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.