Loading...
AmériqueVoyages

Canada, façade Pacifique

Longer la côte Pacifique jusqu’à la frontière avec l’Alaska, découvrir les forêts pluviales qui descendent sur l’océan, naviguer dans les fjords, voilà ce que promet ce road-trip dans l’ouest canadien, des lieux bien différents de tous ceux que nous avions vus auparavant.

En bateau pour l’Ile de Vancouver

Notre roadtrip sur l’île de Vancouver

C’est en empruntant un traversier au terminal de Tsawwassen (ville de Vancouver) que nous avons rejoint l’île … de Vancouver. Nous avons beau être au mois d’août, le temps n’est pas de la partie. La pluie tombe sans discontinuer, le ciel est bas. Mais nous avons le moral et nous faisons partie des premiers à monter sur le ferry. Sur le pont, le vent est fort nous obligeant à nous réfugier à l’intérieur du bateau. La vue est bouchée mais quelques îles se dévoilent. Car l’île de Vancouver est bordée sur sa façade orientale d’un chapelet de 200 îles ; ce sont les Gulf Islands. Le bateau serpente entre elles avant d’accoster à Swartz Bay.

Pour rejoindre Victoria, nous choisissons de prendre la « Old Pat Bay Highway » (17A) qui permet de découvrir la Saanich Peninsula. La route traverse la campagne ; des maisons très fleuries donnent un peu de gaieté dans cette grisaille. En chemin, il est possible de visiter le Butchart Gardens, un immense jardin botanique. Mais aujourd’hui, il pleut vraiment trop… Nous filons directement sur Victoria, la capitale de l’île.

Victoria, l’anglaise

Le cœur de ville s’organise autour du Inner Harbour où se dressent des bâtiments emblématiques comme le royal British Columbia Museum ou le Fairmont Empress Hotel. Victoria a des airs de ville anglaise avec ses jardins et ses balcons très fleuris et son architecture victorienne. Nous tentons de braver cette fichue pluie, mais difficile de prendre du plaisir ou de faire des photos. Nous nous réfugions dans le musée. Et c’est une belle surprise qui nous attend. Les expositions racontent l’histoire des premières nations du Canada. Dés l’entrée sont exposés d’immenses totems très colorés ; plus loin, à l’intérieur, la maison d’un grand chef indien a même été reconstituée. On peut également se promener dans une ville au temps des « western », avec ses ruelles, ses boutiques et les bruitages qui vont avec. Nous avons beaucoup aimé le diorama du littoral pacifique : il s’agit d’une reconstitution de la nature qui va bien au-delà de la simple reproduction du paysage car les sons et les odeurs sont également présents, suggérant ainsi une véritable immersion dans le milieu. Il y a un mammouth grandeur nature, et vous savez quoi ? Il fait même froid dans cette salle ! C’est vraiment un très bel endroit. Au final, nous y avons passé de longues heures, beaucoup plus que ce que nous avions envisagé. Alors merci la pluie, d’ailleurs en sortant, il pleut encore et encore. Le moral en prend un coup.

En route pour le National Pacific Rim Park
sur la côte ouest

Le lendemain, heureusement, le soleil pointe le bout de son nez. Nous en profitons pour revenir rapidement sur le Inner Harbour. C’est fou ce que ça change les choses le soleil ! Puis nous empruntons la Scenic Marine Drive qui suit le bord de mer et offre des points de vue sur les sommets enneigés des Rocheuses et sur les monts de l’état de Washington aux États-Unis.

La route qui mène ensuite à Tofino offre de jolies petites villes à visiter. Tout d’abord Duncan : des totems sont éparpillés dans toute la ville. Le circuit est balisé par des traces de pas jaunes.
Il y a ensuite Chemainus, réputé pour ses peintures murales, il y en a environ 40. Le projet a été initié dans les années 80 pour redynamiser la ville. Pour cela, il a été fait appel à des artistes du monde entier. Les œuvres représentent des scènes de la vie quotidienne et l’histoire de la ville.
Nous avons marqué un autre arrêt à Ladysmith, d’où la vue sur l’océan est vraiment très belle. Le bord de côte a été préservé, sans aucune construction et des chemins permettent d’accéder au rivage.

À la hauteur de Parksville, il faut bifurquer pour traverser l’île vers l’ouest en direction de Tofino. La route passe alors par Port Alberni qui marque le début de la Pacific Rim Highway. Le paysage devient montagneux. C’est alors que nous apercevons notre premier ours ! Je suis tellement impressionnée… que toutes mes photos sont floues. Peut-être aurons-nous la chance d’en voir d’autres ; l’hôtelier à Tofino nous demande de vider intégralement la voiture, un ours ayant été signalé à proximité.

A la découverte du Clayoquot Sound

Le parc national Pacific Rim s’étend de Ucluelet à Tofino, sur la côte ouest de l’île de Vancouver. C’est un endroit réputé pour voir passer les baleines lors de leur migration printanière. Le parc est traversé par le Wild Pacific Trail – constitué en fait de 3 sentiers – qui permet de découvrir les anses découpées et les forêts pluviales. Il bénéficie d’un climat particulier avec peu de jours de gel et de courants marins transportant de l’eau riche en éléments minéraux nutritifs. Ainsi, ici prospèrent de nombreuses espèces végétales et animales. Le bord de côte est largement occupé par une forêt pluviale.

Tofino est un petit village de pêcheurs entouré par l’océan niché dans ce qui est appelé le « Clayoquot Sound », comme une baie maritime parsemée d’îles et d’anses. Le « Clayoquot Sound » a été classé en 2000 réserve de la biosphère de l’UNESCO, suite à un combat mené par les Premières Nations et les écologistes pour stopper l’exploitation du bois et protéger les forêts pluviales. Plusieurs pontons s’avancent dans l’eau et déjà nous découvrons une faune riche avec de nombreux crabes et de belles étoiles de mer.

Tofino

C’est de Tofino que nous embarquons pour aller voir – nous l’espérons – des baleines. Le fait de naviguer entre de nombreuses îles, de voir tout ce bois flotté et ces grosses algues gonflées d’eau, de se sentir observés par les pygargues à tête blanche perchés sur les arbres rend l’ambiance très particulière. Tout à coup, nous apercevons un jet : une baleine grise ! Et presque aussitôt après, un autre jet, plus petit. Nous avons la joie d’observer un baleineau et sa maman. Ils nous montreront même leur queue sous les hourras des gens dans le bateau. Un peu plus loin, nous croisons des lions de mer nonchalamment alanguis sur de gros rochers. Leur masse est impressionnante.

De retour à Tofino, nous partons explorer le Schooner trail, un sentier qui traverse la forêt pluviale sur un chemin en bois surélevé pour protéger la nature. Il y a beaucoup de fougères et de mousse et l’air est vraiment humide. Les arbres s’entrelacent et poussent les uns sur les autres. Parfois, on ne distingue même plus le sol. Après 20 minutes de marche, nous débouchons sur la plage. C’est marée basse : au loin, les rouleaux du Pacifique s’écrasent bruyamment. Il y a de nombreux petits ilôts et aussi des rochers couverts de moules, d’étoiles de mer bien grasses et d’anémones de mer vertes qui se referment quand on les frôle. Cette plage reste gravée dans ma mémoire comme la plus belle que j’ai pu voir.

Le Wild Pacific trail

Le Wild Pacific Trail est une randonnée de 8km qui permet de longer le Pacifique. Il se compose de plusieurs sections que l’on peut atteindre indépendamment. Ainsi, ce matin, nous repartons explorer la forêt pluviale. Nous espèrons croiser des animaux. Mais, si nous avons entendu beaucoup d’oiseaux, nous n’apercevrons au final qu’un geai bleu, mais ni ours ni puma sur notre chemin.

En avançant vers Ucluelet, le paysage change : Il y a davantage de rochers et de petites falaises. La plage de sable laisse la place aux graviers et aux brisures de coquillages. Nous décidons de nous installer pour pique-niquer, mais pulls et coupe-vents sont de rigueur avec un thermomètre qui plafonne à 13°. En début d’après-midi, c’est sous le soleil retrouvé, que nous arpentons l’un des plus endroits de ce trail au niveau du phare Amphitrite. De là, le sentier surplombe la côte et offre de superbes points de vue. Puis il descend jusqu’au bord de l’eau dans une petite crique protégée du vent. Les enfants s’y tremperont les pieds avec délice.

En route pour le nord de l’île

Aujourd’hui, nous filons vers le nord de l’île. Pour cela, il nous faut tout d’abord regagner la côte est de l’île, seule route possible. Premier arrêt à Parksville, la plage est grise, la marée basse ; nous avons encore les images de la veille dans la tête, aussi, nous ne nous attardons pas. Nous poursuivons notre chemin, traversons Campbell River, dernière grande ville de l’île de Vancouver.
La route se faufile ensuite au milieu des sapins et des montagnes. Nous montons en altitude et le temps change : nuages, bruine, à peine 10°. Heureusement, nous retrouvons très vite le soleil et une bonne température. Nous tentons de prendre une piste pour aller voir un lac. Mais au bout de 10 kms, la piste disparaît sous la végétation… demi-tour. En fait, nous n’avions pas vu le panneau à l’entrée de la piste « road desactivated ». Il faut dire qu’il était bien caché !

Road desactivated… demi-tour !

Nous nous écartons une dernière fois de notre itinéraire pour rejoindre Telegraph Cove. C’est un très joli petit village avec des maisons en bois construites sur pilotis. Il faut laisser la voiture à l’entrée du village, la visite se fait ensuite à pied. Il y a notamment un très intéressant musée consacré aux baleines. Nous y apprenons qu’elles enfouissent leur tête dans le sable pour chercher des micro-organismes à manger. Nous regagnons alors notre destination finale, Port Hardy, et vite au lit, car demain, nous prenons le ferry de très bonne heure.

Telegraph Cove

Le Passage Intérieur

4h45 du matin, dring, le réveil sonne. Vite, tout le monde s’habille et saute dans la voiture. A 5h30, nous nous présentons au contrôle afin de pouvoir embarquer sur le ferry. Nous allons prendre le bateau pour une belle croisière « le Passage Intérieur » qui relie Port Hardy à Prince Rupert à proximité de la frontière avec l’Alaska en 16h30…

Nous montons avec la voiture dans le bateau le « Northern Expedition ». C’est la première fois que nous prenons un bateau aussi gros. Nous nous installons au niveau 4 près des fenêtres. Au départ, le temps est nuageux mais petit à petit, le soleil fait son apparition et en fin de matinée, il fait grand beau temps. Nous pouvons même déjeuner sur le pont à l’extérieur ou le cuisinier prépare des grillades. A 13h00, le bateau fait escale à Bella Bella pour 30 minutes. Ici habite une communauté indienne. Il y a plein de saumons qui sautent hors de l’eau. Puis nous reprenons notre navigation et croisons plusieurs baleines et orques. Dans le Granville Channel, le bateau navigue entre les montagnes couvertes de sapins. Nous découvrons des cascades et de loin en loin des habitations colorées. En fin de journée, le soleil couchant nous offre un magnifique spectacle. Nous débarquons à 23H45 à Prince Ruppert, l’un des plus grands ports en eau profonde du monde. Le centre ville est à 3km du débarcadère. Nous filons vite nous coucher, groguis par ce grand bol d’air. Demain, notre route quittera la côte pour se rapprocher des Rocheuses. Dans ma tête, j’ai noté qu’un bateau permet de monter encore plus haut en longeant l’Alaska, un jour peut-être…

Le coin pratique :

  • Le climat est assez fluctuant. Ainsi, en été, la température peut varier de plusieurs degrés en quelques heures. Les pulls et coupe-vents sont indispensables !
  • Il est conseillé de réserver le traversier entre Tsawwassenn (Vancouver) Swartz Bay (île de Vancouver). Lorsque nous y sommes allés, il y avait un ferry toutes les heures de 7h à 19h. Il faut impérativement se présenter entre 1H00 et 30 min maximum avant le départ. Durée du trajet : 1h35 https://www.bcferries.com/about/francais/informations.html#carres
  • Inside Passage : à réserver le plus tôt possible sur BC Ferries pour un trajet en été, car il n’y a qu’un seul bateau tous les 2 jours. Dans le sens Port Hardy (île de Vancouver) vers Prince Ruppert, le ferry, en été, part à 7h30, marque un arrêt à Bella Bella, et arrive à 23h30. Il faut se présenter 1h30 avant le départ pour l’embarquement. https://www.bcferries.com/schedules/inside/ip-current.php
  • Retrouvez toutes les murales de Chemainus sur le site : https://muraltown.com/
  • Informations sur le National Pacific Rim Parc : https://www.pc.gc.ca/fr/pn-np/bc/pacificrim
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.