Loading...
AsieJaponVoyages

Kanazawa, ville de pépites

Une arrivée surprenante

Kanazawa est la deuxième ville du Japon que nous visitons. Nous y arrivons en bus, partis plus tôt dans la journée de Takayama dans les Alpes. L’arrivée à la gare est surprenante. Sur le parvis trône un immense torii en bois. Mais c’est un torii moderne, différent de ceux que nous avons vus jusqu’à présent. Il faut dire que cette gare est considérée comme l’une des plus belles du japon. Elle a fait l’objet d’une rénovation en 2005. Ainsi, à l’entrée, a été installée la porte Tsuzumi-mon : elle ressemble en fait, non pas à un torii, mais à un tambour traditionnel comme ceux utilisés dans le théâtre de No. Elle est reliée aux bâtiments des gares routière et ferroviaire par un dôme en verre et acier, le dôme Motenashi, qui signifie « bienvenue ». L’architecte a voulu jouer sur le contraste entre les matériaux modernes du dôme et celui plus traditionnel de la porte.

LA pépite de Kanazawa

LA pépite de Kanazawa, c’est son jardin, le Kenroku-en, l’un des trois plus beaux jardins du Japon. Son nom signifie jardin des « six qualités » ; car ce jardin jouit des six attributs des jardins paysagers parfaits, à savoir ceux de l’espace, de la sérénité, de l’ingéniosité, de la beauté antique, de l’usage de l’eau et d’une vue magnifique. Et effectivement, l’endroit est superbe. Nous y avons passé une matinée complète à découvrir les différentes parties. Il y a plusieurs étangs avec des mises en scène différentes, un ruisseau qui serpente à travers tout le jardin, des collines artificielles, un sous-bois, des arbres fruitiers, des tonnelles, une cascade… J’ai été impressionnée par les jardiniers aux chapeaux pointus qui, accroupis, désherbent inlassablement la mousse à la main, un travail de patience et de minutie.

Le château, tout en blanc et noir

En face du jardin se dresse le château blanc et noir. On y accède par un pont. Ce qui frappe alors, c’est le long mur d’enceinte d’une blancheur éclatante qui ressort encore plus fortement sur le vert d’une immense pelouse. L’entrée se fait ensuite par la porte Ishikawa-mon, massive et défensive : elle comporte en effet des ouvertures en hauteur permettant de jeter des pierres sur les envahisseurs.

Le château a été malmené par plusieurs incendies, régulièrement restauré en respectant les techniques ancestrales. Car, ce château a été construit entièrement en bois sans vis, ni clou. On peut d’ailleurs voir des maquettes et des schémas explicatifs dans les tours qui se visitent.

A l’arrière du château, un sentier chemine entre les arbres avant de déboucher sur un jardin traditionnel.

Les quartiers historiques

Kanazawa a conservé d’anciens quartiers particulièrement bien préservés : nous avons visité celui des samouraïs et celui des geishas.

Nagamachi, quartier des samouraïs, a conservé ses ruelles étroites et ses maisons basses. Il est bordé par le canal Onosho qui servait alors au transport de marchandises. Certaines maisons peuvent se visiter. Pour cela, il faut s’enfoncer dans le dédale de ruelles bordées de murs en terre. Pas toujours facile de se repérer, mais c’est ainsi que le voulaient les samouraïs !
La maison de la famille Nomura est probablement la mieux conservée. La petite cour à l’entrée cache en fait une vaste demeure ainsi qu’un jardin à l’arrière. On est vite mis dans l’ambiance avec l’exposition dès l’entrée d’armures de samouraïs. On découvre ensuite la salle de réception, finement et richement décorée avec un plafond en cyprès, du mobilier en bois de rose et ébène et des portes coulissantes ornées de dessins représentant des paysages. Des vitrines exposent de nombreux sabres, mais aussi des objets insolites comme des cache-clous très ouvragés.
A l’arrière, la maison s’ouvre sur un jardin composé de plusieurs petits espaces avec de nombreux arbres dont l’un d’eux a plus de 400 ans, de bassins avec des carpes Koi, d’un petit pont et orné de plusieurs lanternes.

A Kanazawa, il y a un autre quartier tout aussi célèbre, celui des geishas. Ici, les maisons présentent une architecture particulière. Elles comportent un ou deux étages, privilège qui était alors réservé aux maisons de thé, les « ochaya ». La façade est garnie de treillis en bois rouge ou brun sombre appelés les « kimusuko ».
Nous n’avons croisé aucune geisha… mais nous avons tout de même visité une maison traditionnelle : la maison ochaya Shima, dans laquelle était servi essentiellement … du saké. Ainsi, nous avons pu découvrir les différents espaces : le rez-de-chaussée était réservé aux geishas qui s’y préparaient tandis que les invités étaient accueillis à l’étage dans des pièces subtilement décorées et dont certaines comportent des instruments de musique. J’ai particulièrement aimé les peignes et les épingles à cheveux exposés dans les vitrines et très finement travaillés.

Nous finissons cette journée sur cette visite. Nous voulions aussi visiter le quartier Teramashi où se trouve le temple Ninja. Mais pour cela, il fallait réserver plusieurs jours à l’avance, ce que nous n’avions pas fait.
En une journée, nous avons eu le temps d’apprécier la ville et ses principales curiosités ; toutefois, si on en a la possibilité, il peut être agréable d’y consacrer une deuxième journée, tout simplement pour flâner dans les ruelles ou se rapprocher un peu de l’océan, ce que nous n’avons pas pu faire.

Le coin pratique :

  • Acheter une carte de bus pour se déplacer : nous avons pris un forfait pour la journée, le « Hokutetsu One Day Pass » qui, pour 500 yens, nous a permis de nous déplacer dans toute la ville. A acheter avant de monter dans le bus, au centre d’information situé à l’intérieur de la gare.
  • Faire un tour au marché Omicho : on y trouve beaucoup de produits frais, notamment du poisson frais (Kanazawa est en bordure de mer), mais aussi des fruits, des pâtisseries, de quoi se préparer un bon pique-nique, à déguster dans le jardin Kenroku-en par exemple.
2 comments
    1. cahiernomade_admin

      Merci pour ton commentaire. Pour ma part, j’y allais pour le jardin et j’ai vraiment eu une très jolie surprise. Finalement, j’aurais aimé y passer un peu plus de temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.