Loading...
#UnJourDesTextes

J6 – Mettre sur pause

« Mettre sur pause » Un bouton magique permet d’arrêter le temps. Décrivez ce que vous voyez, là où vous êtes, ce qu’il se passe ou ne se passe pas. Bonus : essayez de faire deviner la scène (tableau, photo, image, moment célèbre…) sans la nommer !

L’image que j’ai devant moi… celle que j’ai affichée comme fond d’écran sur mon ordinateur, sur mon téléphone. Il y a du soleil dehors, mais un drôle de virus s’est abattu sur le monde entier. Nous découvrons au 21e siècle le confinement. Impossible de s’éloigner de chez soi, alors chacun s’occupe comme il peut. J’en profite pour classer mes photos, les revoir, rêver devant tous les paysages découverts. Mais cette photo-là occupe une place particulière. Je l’aime pour ses couleurs, je l’aime pour ce que j’ai accompli. Il y a du vert, beaucoup de vert, à moins que ce ne soit le soleil qui teinte ainsi le paysage. Il y a ensuite un peu de rouge qui s’infiltre dans le vert. Il est là sur mon écran, comme je le voyais à travers la fenêtre du train, puis de la fenêtre de ma chambre. Je lui ai tourné autour plusieurs jours. Une fois, il a même joué à cache-cache. J’étais alors désespérée, le verrai-je ? Pourrais-je le toucher ? Oh, je sais, je ne suis pas la seule qui te cherche et voudrait t’apprivoiser. Je crois que tu as toujours fasciné l’homme. Il suffit de voir le nombre de fois où les hommes t’ont dessiné, peint, photographié. Malgré cela, tu restes majestueux, planté presque seul au milieu du paysage.

Tu m’as accueillie par une belle journée d’août, pas un nuage à l’horizon, pas un nuage de tes pieds jusqu’à ta tête. Chanceuse, j’ai été. Alors, j’ai mis toute mon énergie à venir te saluer, grimpant, crapahutant près de 5 heures, le souffle de plus en plus court. Patiemment, j’ai arpenté le chemin de sable, puis le chemin caillouteux, m’agrippant à la corde pour finalement franchir le dernier Tori. Là-haut règne une atmosphère de fête. Les gens rient de plaisir, pleurent de l’effort accompli. J’ai nommé le Fuji San.

« Celui qui gravit le Mont Fuji une fois est un sage, celui que le gravit une deuxième fois est un fou. »

A l’initiative de @FromYukon, l’écriture quotidienne d’une série éphémère de textes #UnJourDesTextes, Pour occuper les journées et combler les envies d’écrire ! Y participe qui veut, au jour le jour, le temps que cela durera, aussi longtemps qu’il le faudra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.